Bienvenue sur

ÉDUK-MÉDIA

POUR UNE EDUCATION AUX MEDIAS

ÉDUK-MÉDIA naît en 2016 de l'influence grandissante des médias sur les jeunes et à cause du fait que les médias deviennent de nos jours le danger numéro 1 en matière de propagation de la pornographie, intoxication à la révolte, à la violence, de manipulation des masses...

L'espace médiatique camerounais est fortement envahi par les non professionnels qui ne respectent pas l'éthique et la déontologie assignées aux médias et par ceux qui voient dans les médias, un moyen de se faire de l'argent sans respecter les règles morales et éthiques. Il est primordial d'éduquer les populations aux dangers des médias et de transformer leurs utilisations quotidiennes en de véritables armes de connaissance et de développement intellectuel, social, économique et spirituel.


Télécharger la présentation de l'association ici

Download english presentation of EDUK-MEDIA here

OBJECTIFS

**Promouvoir la consommation, la production et la diffusion saines des outils et informations médiatiques ;
**Sensibiliser tous les acteurs y compris les décideurs, les producteurs, les diffuseurs et les consommateurs des messages médiatiques ;
Éduquer les individus sur les bonnes pratiques et les bons usages des medias et du numérique ;
**Promouvoir la démocratie et la libre expression à travers les médias ;
**Produire des supports de formation et créer des outils pour aider les jeunes et professionnels
**Aider à la formation des jeunes, parents, et professionnels à l'éducation aux médias, à la compréhension et à la production saine des informations médiatiques ;
**Aider à la lutte contre la désinformation, les discours de haine, la radicalisation et l'extrémisme violent en ligne...
**Former les jeunes à l'entrepreneuriat numérique.

PROJET CORONAVIRUSFACTS 

EDUK-MEDIA a été sélectionnée dans projet CoronavirusFacts financé par l'Union Européenne et piloté par l'UNESCO au Cameroun pour former les organisations de la société civile dans la lutte contre les discours de haine et les propos préjudiciables en rapport avec le Covid-19

Après les 2 ateliers de formation en ligne du 2 et 3 septembre 2020, une session de formation en présentiel a été organisée par EDUK-MEDIA le 27 février 2021. Elle a réuni 15 leaders d'OSC venant des 10 régions du pays afin de les outiller sur la surveillance et la lutte contre les discours de haine en ligne. A cette occasion, ils ont été formés à utiliser des outils pour la création de contre-discours, notamment le logiciel Canva et les blogs.
Les 15 OSC se sont associées à EDUK-MEDIA pour former un réseau qui aura pour objectif de surveiller et de lutte contre les discours de haine en ligne.

Les derniers articles de notre blog

Découvrez les nouveautés de la semaine

Grand mal de ces dernières années, l'épidémie de désinformation semble avoir trouvé un remède : le fact- checking, ou vérification des faits. La technique, déjà répandue dans le monde, notamment en Europe ou en Amérique du Nord, fait progressivement son incursion dans le paysage cybernétique africain.

Avant la date du 31 août 2020, 80 pays à revenu élevé ont manifesté leur intérêt à financer les vaccins à partir de leurs propres budgets publics et de s'associer aux 92 pays à revenu faible ou intermédiaire qui ont bénéficié de l'appui du système de garantie de marché (AMC). Mis ensemble, ces 172 pays représentant plus de 70%...

PROJET CORONAVIRUSFACTS   UE - UNESCO 

Formation des OSC dans la lutte contre la désinfodémie, les discours de haine et les contenus préjudiciables en lien avec la Covid-19

· Contexte et justification de la formation 

La pandémie COVID-19 est une crise sanitaire mondiale qui voit les nouvelles technologies de l'information et de la communication intégrer la lutte commune des nations contre sa propagation. A cet effet, les médias sociaux ont été mis à contribution à des niveaux sans précédent pour coordonner les initiatives des organisations internationales, fédérer les efforts des gouvernements et diffuser les informations utiles pour la protection des vies humaines. Mais dans le même temps, force est de constater que ces médias ont aussi abondamment servi à faire courir des rumeurs, des mensonges et des accusations infondées qui ont contribué à ouvrir la voie à l'infection et ont semé la pagaille dans la manière dont les sociétés réagissent à la pandémie.

Reconnaissant le danger, le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a averti que « notre ennemi est aussi la vague croissante de désinformation ». L'Organisation mondiale de la Santé est allée plus loin en décrivant - comme une « deuxième maladie » accompagnant la pandémie COVID-19 - une « infodémie », c'est-à-dire « une surabondance d'informations - certaines exactes et d'autres non - qui fait qu'il est difficile pour les gens de trouver des sources fiables et des conseils sûrs lorsqu'ils en ont besoin ».

Le volume et la vitesse des fausses informations au sein de l'« infodémie » indiquent l'existence d'une désinfodémie toxique de désinformation et de mésinformation liéés à la COVID 19 créant les conditions propices au développement des discours de haine en ligne et alimentant différentes formes de discriminations liées à la COVID-19 envers des personnes, des groupes de personnes et même des institutions.

Le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, a insisté sur ce point : « Les sociétés de médias sociaux doivent faire plus pour éradiquer la haine et les affirmations nuisibles concernant le COVID-19 ».

Si les réactions aux discours de haine sur Internet les plus débattues sont principalement axées sur la définition et les moyens juridiques, cette approche comprend des risques et des limites dans un contexte où le défaut est la liberté d'expression et où les restrictions sont l'exception. La piste de la société civile et des initiatives sociales est dès lors fortement privilégiée comme l'a déclaré le Rapporteur spécial des Nations Unie : « Si l'on accorde beaucoup d'attention, à juste titre, aux mesures juridiques prises contre les discours de haine, il faudrait s'intéresser tout autant aux réactions non-juridiques et sociales. » (HRC, 2015). Ces solutions sociales pourraient être considérées comme complémentaires à toute restriction juridique mise en œuvre par un État notamment à travers des actions organisées en ligne, souvent promues par des Organisations de la Société Civile (OSC) et des citoyens soucieux de contrer les voix de la haine. Les OSC devraient se prononcer clairement contre les discours haineux, la mésinformation, la désinformation. Et suivant la stratégie et le plan d'action des Nations Unies pour lutter contre le discours de haine tant à l'échelle mondiale qu'au niveau national.

· Objectifs

L'objectif de l'activité attribuée à l'Association Camerpounaise d'Education aux Médias (EDUK-MEDIA) vise la création d'un réseau d'Organisations de la Société Civile (OSC) capables de surveiller les discours de haine et les contenus préjudiciables en ligne en rapport avec la Covid-19 et de travailler en synergie pour contrer les discours de haine en ligne liés à la Covid-19

De manière spécifique il s'agit de :

  • Renforcer les capacités des OSC pour identifier les sources et comprendre les causes profondes inhérentes et même consubstantielles des discours de haine liés à la covid-19 ;
  • Capaciter les leaders des OSC ciblées et leurs membres à travers des formations à la surveillance des discours de haine et des contenus en ligne, au traitement des contenus préjudiciables en rapport avec la Covid-19, à l'usage efficace des outils, méthodes, techniques et autres astuces pour y parvenir ;
  • Encourager la production de récifs alternatifs positifs et contre-discours pour réduire la haine en ligne
  • Créer et renforcer une unité d'alerte composée de toutes les OSC du projet en vue de contrer les discours de haine en ligne liés à la Covid-19.

PROGRAMME DE LA FORMATION EN LIGNE

PROJET #CORONAVIRUSFACTS

APPEL A PARTICIPATION A DES ATELIERS DE FORMATION POUR OSC

Vous êtes une organisation de la société civile basée au Cameroun (ayant pour cibles principales les personnes vulnérables, les jeunes...) et vous souhaitez participer à des ateliers de formations sur : "Répondre aux discours de haine et aux contenus préjudiciables en ligne en rapport avec la Covid-19".

Postulez pour cette formation en remplissant le formulaire ci-dessous (cliquez sur le lien)

La date de soumission des participations s'achève dimanche 09 Août 2020

https://forms.gle/6zE5RomWrJ3mFTmD6 




SEMAINE MONDIALE D'EDUCATION AUX MEDIAS 2020 

La semaine mondiale d'éducation aux médias et à l'information est organisée chaque année de puis 2012 par l'UNESCO et tous les membres du réseau GAPMIL. EDUK-MEDIA organisera cet événement au Cameroun comme l'année dernière avec le partenariat de l'UNESCO.Le thème global retenu par l'UNESCO est "Résister à la désinfodemie : l'étucation aux médias et à l'information pour tous et par tous".

Le thème d'ÉDUK-MÉDIA sera : "COMMENT REPÉRER ET LUTTER CONTRE LA DÉSINFORMATION POUR EVITER LA VIOLENCE AU CAMEROUN ?"

Les activités principales

Webinaire

Ateliers d'échanges

Emissions Radio et télé

Sensibilisation

Vous pouvez solliciter participer en tant que conférencier ou participant pour cet évènement coordonné par l'UNESCO

CONTACT : edukmediacameroon@gmail.com

Tel : 656 39 38 00 / 674 40 09 60 / 694 45 81 04

© 2020 ÉDUK-MÉDIA, Cameroun 
Optimisé par Webnode
Créez votre site web gratuitement !